connaissances

Réforme de l’évaluation : le rapport du CSP fait réagir

Le Conseil supérieur des programmes (CSP) épingle l’évaluation notée.

Publié le 08/12/2014 à 10:15

Dans un rapport remis mardi 2 décembre, le Conseil supérieur des programmes amène sa pierre à la conférence nationale sur l'évaluation des élèves qui se tiendra les 11 et 12 décembre prochains. Il préconise d’adopter à la place des notes actuelles « une évaluation bienveillante ».

 

Afin que l'évaluation soit véritablement au service des apprentissages de l'élève, le CSP propose de simplifier les dispositifs existants et d'en rendre les objectifs lisibles par tous. Il préconise une évolution du diplôme national du brevet afin que celui-ci valide l'acquisition des connaissances, des compétences et de la culture définies dans le socle commun.

 

Le CSP souligne qu'il s'agit de construire un processus d'évaluation qui, à la fois, donne confiance aux élèves et à leurs familles et fasse confiance aux enseignants. Ce processus, dans lequel l'usage de la note est appelé à être repensé, doit prendre appui sur le travail collectif au sein de la communauté éducative et sur la constitution d'une nouvelle culture professionnelle de l'évaluation.

 

La FCPE a accueilli favorablement les propositions du Conseil Supérieur des Programmes (CSP) sur l'évaluation. Dans un communiqué, elle précise qu’« Il faut réellement en finir avec les notes chiffrées, les moyennes et les moyennes de moyennes qui n'ont aucun sens et ne servent qu'à classer et hiérarchiser les élèves dès le plus jeune âge, au détriment des apprentissages.

 

L'Ecole doit se donner pour mission prioritaire de faire acquérir à tous les élèves, en fin de 3e, les compétences et les connaissances issues du socle commun, et pour cela, nul besoin de les mettre en compétition les uns avec les autres. L'évaluation doit permettre à chaque élève d'être valorisé dans ce qu'il sait déjà et d'identifier là où il doit encore progresser.

 

La FCPE s'étonne des polémiques nées de ces propositions, alors que tous ces principes sont inscrits dans la loi de refondation de l'Ecole votée en juillet 2013. Celle-ci indique clairement que ‘Les modalités de la notation des élèves doivent évoluer pour éviter une ‘notation-sanction’ à faible valeur pédagogique et privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles.’ Ce débat a donc été tranché depuis longtemps. »

 

La Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE) appelle le gouvernement à maintenir le cap sur la refondation pédagogique de l'Ecole et l'application de la feuille de route inscrite dans la loi de Refondation.

 

Du côté de la  Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEPP), on crie davantage au « hors-sujet ». Dans un communiqué, elle assure que « L’évaluation des élèves est un sujet complexe et central de l’apprentissage. Et c’est ainsi qu’il doit être appréhendé. Le Conseil Supérieur des Programmes (CSP), en préconisant l’abandon des notes dites ‘sanction’ au profit d’une échelle plus restreinte comme les lettres, ne répond pas à la problématique de l’évaluation de l’élève à l’Ecole.

 

Réfléchir à l’évaluation de l’élève au sein du système scolaire revient à définir ses objectifs :

- Comment rendre l’évaluation compréhensible pour les élèves et faire que chaque élève identifie ce qu’il a compris de ce qu’il ne maîtrise pas encore ?

- Comment faire de l’évaluation des apprentissages un outil de progression et de motivation pour chaque élève ?

- Comment aider les élèves à s’orienter en fonction de leurs compétences et appétences ? »

 

Pour la PEEP, il est essentiel de sortir de toute caricature ou posture avilissante sur ce sujet et poser l’apprentissage comme point d’entrée de la question de l’évaluation. L’élève, au travers de l’évaluation, doit devenir acteur de son apprentissage et de ses choix.

 

La plus grande sanction des élèves est le sentiment de subir l’Ecole, et non les notes comme on voudrait nous le faire croire. La PEEP, de plus, s’étonne que les propositions du CSP interviennent alors que la Conférence nationale sur l’évaluation conclura ses travaux le 12 décembre à l’issue de deux jours d’auditions et de débats publics.

 

(Crédits photos : CC BY SA 2.0 - Brieuc DANIEL)

auteur

   

extrait

Cet ouvrage traite de l'histoire et de l'apport du mouvement sur l'éducation nouvelle qui s'est développé en France de 1930 à 1970.Ce mouvement, qui préconise une participation active de l'enfant à son propre processus d'apprentissage, a été porté par les écoles Decroly, la pédagogie Freynet, etc., et propose une nouvelle approche de la pédagogie.

Auteur :

Traducteur :

Editeur : p u de grenoble

Genre : pedagogie pour l'enseignement, concours professorat

Langue : français

Date de parution :

Total pages :