connaissances

D’où vient notre peur des robots ?

Jean-Claude Heudin décrypte les racines de nos peurs.

Publié le 19/06/2015 à 08:22

Alors que se profile début juillet, la 5e édition d'Innorobo à Lyon (du 1er au 3 juillet 2015), les questions de société à propos des applications de la robotique continuent d'alimenter les débats. Une grande part du questionnement trouve son origine dans la fascination et la crainte que ces technologies inspirent.

 

Or, cette fascination et cette peur sont avant tout une conséquence de l'histoire du robot et de l'imaginaire qui y est associé. Jean-Claude Heudin, spécialiste en Intelligence Artificielle et Directeur de l'IIM (Institut de l'Internet du Multimédia) nous projette dans l'histoire des Robots avec R.U.R. Les Robots Universels de Rossum (éditions Science eBook, 134 pages, 4,99 € en version numérique et 14,99 € en version papier), son adaptation inédite de la pièce de Karel Capek – l'inventeur du mot Robot – qui sort aujourd'hui.

 

« Les usines R.U.R. fabriquent pour la planète entière des robots universels. Semblables aux hommes, ils les remplacent progressivement dans toutes les tâches avec une meilleure efficacité. Mais, la révolte gronde parmi ces nouveaux esclaves issus de la technologie Rossum... » Voici le pitch de la pièce de 1921 de Karel Capek que Jean-Claude Heudin adapte dans son livre. Ultra moderne, cette histoire a profondément influencé notre conception du robot dans l'imaginaire et la science.

 

Le robot est sans conteste la créature mythique du XXIe siècle. Mais une grande part de cet archétype et de l'imaginaire qu'il véhicule sont nés au début du XXe siècle avec l'œuvre fondatrice de Karel Capek (1890-1938). Cet auteur est aujourd'hui considéré comme l'un des écrivains tchécoslovaques parmi les plus importants. Avec lui, les histoires de créatures artificielles entraient dans la modernité. D'un seul coup, les textes romantiques de statues vivantes, d'automates et autres monstres prométhéens prenaient un sérieux coup de vieux.

 

 

Cette célébrité, Capek la doit en grande partie à sa pièce intitulée RUR : Les Robots Universels de Rossum. La pièce fut jouée pour la première fois à Prague en janvier 1921. Elle connut un tel succès qu'elle fut reprise dans pratiquement toutes les grandes capitales européennes, puis à New York et Moscou. On trouvait même des jouets mécaniques à l'image des robots de Capek.

 

Pour la première fois en effet, le terme robot était utilisé pour désigner des androïdes conçus pour le travail. En tchèque, le mot robota signifie le travail forcé, la corvée. Il provient du vieux « slave » rabota, dont le premier sens est esclavage. Aujourd'hui encore, rabotat signifie travailler en russe et robotnik est un ouvrier en slovaque ou en polonais. Le terme rossum provient quant à lui du tchèque rozum qui signifie raison, esprit ou intelligence.

 

Outre l'invention du terme, la pièce de Capek mettait en scène tout l'imaginaire fantasmatique des robots tel que nous le connaissons aujourd'hui. Il transposait ainsi le monstre prométhéen de Mary Shelley à celle d'une espèce entière et la classique révolte des esclaves dans ce qui allait devenir un lieu commun de la Science-Fiction : la révolte des machines.

Cette transposition trouvait vraisemblablement son origine dans le courant technophobe néo-ludique qui existait à cette époque avec l'idée que la machine était un mal qui allait asservir l'homme pour le compte d'une classe sociale dominante. L'autre signification est liée à la révolution d'Octobre et la nouvelle société soviétique. On peut y voir en effet une critique féroce du nouveau régime russe montré comme irresponsable et détruisant toute civilisation antérieure.

 

Encore aujourd'hui, le texte a conservé toute sa force évocatrice et prémonitoire. Contrairement aux robots mécatroniques modernes, les robots Capek étaient imaginés clonés à partir d'une chair artificielle, beaucoup plus proches des hubots de la série suédoise Real Humans que des Terminators de James Cameron. Les Robots Universels de Rossum, esclaves universels de la raison, sont à (re)découvrir absolument.

 

Jean-Claude Heudin est Directeur de l'IIM (Institut de l'Internet du Multimédia). Il est l'auteur de nombreux articles scientifiques au niveau international ainsi que de plusieurs ouvrages dans les domaines l'intelligence artificielle et des sciences de la complexité dont Les créatures artificielles et Robots & Avatars aux éditions Odile Jacob. Il intervient régulièrement dans les médias et dans les conférences grand public à propos de l'intelligence artificielle et des robots.

 

(Crédits photos : CC BY SA 2.0 - Dan Thornton)

auteur

   

extrait

Le texte paraît en 1920 quand Capek a 30 ans. Le succès international de cette " comédie utopique " fait de lui l'écrivain tchèque le plus connu. R.U.R. est traduit dans une vingtaine de langues, joué de Tokyo à New-York, de Bruxelles à Tel Aviv. Roman visionnaire où apparaît pour la première fois le mot " robot ".

Auteur :

Traducteur :

Editeur :

Genre : theatre

Langue : français

Date de parution :

Total pages :