connaissances

Et si l’éducation passait aussi par la cantine ?

Un appel lancé en faveur du bio dans la restauration collective.

Publié le 03/11/2015 à 02:16
Les débats sur la nourriture servie dans les cantines continuent de prendre de l’ampleur. Dans ce cadre, il y a souvent les problématiques religieuses qui s’invitent autour de la table, ce qui a poussé plusieurs personnalités politiques du centre à proposer un menu végétarien dans les cantines scolaires. C’est une solution qui permet, sans polémique, de régler de nombreux problèmes tout en faisant tomber les crispations.
 
Mais si pendant de longues décennies la question a été d’écraser le plus possible les prix pour proposer aux parents un coût très faible pour la prise en charge des repas du midi, la qualité semble reprendre toute sa place au fil des rentrées scolaires. Et les parents sont de plus en plus nombreux à demander du bio plus qu’un prix faible avec des subventions publiques qui viennent faire tourner l’industrie agro-alimentaire dans tout ce qu’elle peut avoir de condamnable.
 
Il apparaît aussi absurde de vouloir en même temps éduquer les enfants sur le bien manger tout en leur servant des repas à midi qui font résolument le choix du low-cost avec des produits venus souvent de très loin après avoir subi de nombreuses transformations.
 
En publiant Quand les cantines se rebellent (Editions IN8, 96 pages, 9 €), l’Association Un Plus Bio espère enfin déclencher une nécessaire prise de conscience pour changer les usages en matière de restauration collective dans les écoles.
 

Cantine de l'école, du bureau, de l'hôpital, de la maison de retraite... On passe tous à la cantine, à un moment de notre vie. En France, la restauration collective, c'est chaque jour 11 millions de repas, mais seuls 3% du contenu des assiettes sont issus de l'agriculture biologique.
 
Pourtant, manger bio et autrement, c'est un plus indéniable pour l'environnement, la santé publique, l'équité sociale et une économie durable pour les agriculteurs. Conscientes des enjeux, des collectivités locales délaissent la nourriture standardisée pour favoriser le bio et le local et s'efforcent de nourrir sainement leurs concitoyens sans augmenter le prix pour les familles.

Et si la révolution venait des cantines ?

Ce petit livre vous donnera les clés pour comprendre ce qui se joue dans ce choix apparemment anodin. Et ensuite, vous forger votre opinion de citoyen, que vous soyez consommateur ou acteur, pour peut-être soutenir la démarche ? À l'instar de tous ceux qui, élus, personnalités, professionnels, ont d'ores et déjà signé le manifeste.

Cet ouvrage a le mérite de mettre les choses au clair. Quitte à battre en brèche des idées fausses. Par exemple, l'idée selon laquelle l'alimentation bio est coûteuse, une coquetterie de nantis. Ce n'est pas un catalogue de belles idées, le livre égrène des cas pratiques. A l’appui des idées développées dans ce livre, on trouve de nombreux signataires prestigieux : Pierre Rabhi, Edgar Morin, Arnaud Daguin, Yann Arthus-Bertrand, François Morel, Julie Andrieu, Nicolas Hulot.

(Crédits photos : CC BY 2.0 - Raphaël Thlémard)
auteur

   

extrait

Jardins partagés, AMAP, pédibus, compost de quartier... ils sont l'oeuvre de collectifs en quête de villes moins polluées et plus " vertes ". Des personnes " lambda " qui pensent global et agissent local. Découvrez à travers ce livre 30 initiatives remarquables repérées aux 4 coins de France et réalisées dans des immeubles et quartiers, à l'école, dans l'entreprise... Elles vous donneront des pistes et des ailes pour passer à l'action !Au sommaire :

Auteur :

Traducteur :

Editeur :

Genre : environnement

Langue : français

Date de parution :

Total pages :