connaissances

Le sort de la LMDE reste toujours incertain

Un dossier qui avance tout en restant très compliqué.

Publié le 06/07/2015 à 08:34

Alors que la rentrée universitaire approche à grands pas, la Mutuelle des étudiants (LMDE) n’est toujours pas sortie d’affaire. Avec une dette de 35 millions d’euros, la LMDE a été placée sous sauvegarde judiciaire en février 2015 par le Tribunal de grande instance de Créteil. Ses trois principaux créanciers, la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN), la Matmut et la Mutualité française (FNMF), ne sont cependant pas encore près de revoir leurs fonds.

 

La LMDE qui gère à elle seule plus de 920 000 affiliés en sécurité sociale et 320 000 adhérents mutualistes en complémentaire santé, est la première mutuelle étudiante de France. Mais, à l’appui d’une gestion catastrophique, dénoncée dans un reportage d’ « Envoyé spécial » en février dernier sur France 2 (voir notre article), tout le monde se refile le bébé. A commencer par la MGEN qui a refusé de prendre sous son aile la LMDE.

 

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a décidé mardi 30 juin d'autoriser la résiliation de la convention de substitution entre la LMDE et la MGEN (mutuelle générale de l'éducation nationale), sous réserve de la prise d'effet au 1er janvier 2016 d'une nouvelle convention de substitution entre la LMDE et Intériale Mutuelle.

 

Voilà donc le bébé refilé à Intériale, mutuelle de la police, des préfectures et des agents territoriaux, dans le cadre d’un plan élaboré avec l’appui de la Caisse nationale d’assurance-maladie. Mais, il faut encore que la nouvelle convention de substitution soit approuvée par l'ACPR, après les décisions des organes délibérants de la LMDE et d'Intériale Mutuelle.

 

Une assemblée générale de la mutuelle étudiante devrait se tenir ce 6 juillet. Il faut dire qu’au sein de la LMDE, les craintes sont fortes et le mouvement de grève des personnels, le 25 juin dernier, a été particulièrement suivi.

 

L’ACPR se réunira à nouveau le 10 juillet prochain. Interiale, de son côté, devrait s’engager sur une avance de trésorerie de 10 millions d’euros en faveur de la LMDE.

 

Du côté du gouvernement, dans un communiqué du 3 juillet 2015, on assure que le dossier est en bonne voie, en précisant que le plan de remise en ordre de la LMDE repose :

 

« - d'une part, sur la délégation des activités de gestion du régime obligatoire de sécurité sociale de la LMDE à la caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) afin d'améliorer la qualité du service rendu aux assurés étudiants et de permettre une meilleure performance économique de cette activité ;

 

- d'autre part, sur un partenariat entre la LMDE et Intériale Mutuelle pour la gestion des activités de protection sociale complémentaire pour les étudiants.

 

Le Gouvernement soutient et accompagne ce processus, qui répond aux objectifs qu'il s'est fixé : préserver le régime étudiant de sécurité sociale, améliorer la qualité du service rendu aux assurés étudiants, permettre la pérennité économique de la LMDE afin de préserver l'emploi.

 

Les étudiants peuvent donc envisager sereinement leur affiliation au régime étudiant de sécurité sociale géré par la LMDE ou les mutuelles du réseau EMEVIA lors de leurs inscriptions universitaires à venir. »

 

(Crédits photos : CC BY SA 2.0 - Yves Tennevin)

auteur

   

extrait

La Mutuelle des Etudiants (LMDE) gère la Sécurité sociale de près de 700 000 étudiants en France. Au-delà des simples remboursements de frais de santé, la protection sociale qu'elle propose est un vrai vecteur de liberté ; elle permet aux étudiants de consulter de manière autonome un professionnel de santé. Les membres du conseil d'administration de la LMDE sont eux-mêmes tous étudiants, élus directement par les adhérents. Michaël Delafosse, président de la LMDE, 26 ans, prépare une thèse de géographie à Montpellier

Auteur :

Traducteur :

Editeur :

Genre : problèmes et services sociaux

Langue : français

Date de parution :

Total pages :