connaissances

Des résultats faibles en mathématiques au Diplôme national du brevet

Près des deux tiers des élèves obtiennent moins de 10/20 à l’épreuve finale de mathématiques.

Publié le 26/03/2015 à 08:22

Dans une Note d’information de mars 2015 la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) a étudié les résultats obtenus par les élèves au Diplôme national du brevet session 2014.

 

On observe tout d’abord un taux de réussite stable à 86 % pour la série générale. En revanche, avec 79 %, la série professionnelle gagne quatre points par rapport à 2013. Avec 675 000 lauréats au DNB en 2014, le taux de réussite au DNB, toutes séries confondues, s’affiche à 85,4 %.

 

Cependant on note un écart de six points entre les filles et les garçons et ce en faveur des premières qui obtiennent plus souvent une mention « Très bien » ou « Bien ». Si, toutes séries confondues, neuf élèves sur dix maîtrisent les compétences du socle exigibles en fin de collège, les résultats à l’examen sont moins favorables : près de deux tiers des élèves obtiennent moins de 10/20 à l’épreuve finale de mathématiques.

 

La DEPP constate que « les notes aux épreuves passées en fin d’année sont proches de celles obtenues en cours de scolarité pour quatre candidats sur dix en mathématiques, et pour six sur dix en français. Les candidats avec de faibles résultats au contrôle continu arrivent très rarement à combler leur retard pour obtenir le brevet ».

 

De là à dire que les fiches de maîtrise du socle commun sont remplies avec une grande mansuétude par les enseignants et leur hiérarchie, il n’y aurait qu’un pas aisé à franchir… Depuis la session 2011, la validation du socle commun dans le DNB est obligatoire. La non-maîtrise de l'une des compétences du socle est éliminatoire. C’est bien ce qui explique souvent une validation automatique du niveau de tous les élèves dans les collèges sans véritable distinction quant aux difficultés réellement rencontrées.

 

Autre enseignement de la session 2014 : « les différences sociales sont déjà fortement visibles : 96 % des enfants de familles très favorisées réussissent leur examen pour seulement 76 % des enfants de familles défavorisée », précise la DEPP.

 

(Crédits photos : DEPP)

Et d’ajouter qu’ « en 2014 comme les années précédentes, la quasi-totalité (96 %) des enfants issus d’un milieu très favorisé obtient le brevet. En revanche, le taux de réussite est inférieur de 20 points parmi les candidats issus d’un milieu défavorisé.

 

La proportion de candidats obtenant une mention 'Très bien' ou 'Bien' varie également fortement selon l’origine sociale des candidats : un candidat sur deux issu d’un milieu très favorisé décroche l’une de ces mentions. C’est le cas de près d’un candidat sur quatre pour ceux d’origine sociale moyenne et d’un candidat sur sept pour ceux issus d’un milieu défavorisé. »

 

De façon assez logique, « dans la série professionnelle, les trois quarts des candidats ont au moins un an de retard (c’est-à-dire 16 ans ou plus au moment de l’examen). À l’inverse, dans la série générale, moins de deux candidats sur dix ont pris du retard dans leur scolarité lorsqu’ils se présentent aux épreuves du DNB ».

 

Concernant, l’épreuve de français, elle « réussit moins bien cette session aux candidats de la série professionnelle : quatre candidats sur dix ont 10/20 ou plus contre six candidats sur dix en 2013. Dans la série générale, deux tiers des candidats obtiennent la moyenne en français.

 

L’histoire des arts reste, cette session encore, l’épreuve la mieux réussie en moyenne (13,6/20), tandis qu’en histoire-géographie-éducation-civique les notes retrouvent le niveau de 2012 après la baisse notoire de 2013 (12,2/20 en 2014, 9,6/20 en 2013 et 11,9/20 en 2012). »

 

(Crédits photos : CC BY 2.0 - US Department of Education)

extrait

Auteur :

Traducteur :

Editeur : bordas

Genre : manuels college francais

Langue : français

Date de parution :

Total pages :