connaissances

Réforme du lycée : un bilan en forme de trompe-l’œil ?

Des syndicats sceptiques sur les résultats.

Publié le 27/11/2015 à 07:15
Les échangent ont débuté au ministère de l’Education nationale ce jeudi 26 novembre 2015 afin de mettre en place un premier bilan de la réforme du lycée. Quatre axes ont été choisis pour mettre en œuvre ce travail : "Evaluation et certification", "parcours, orientation, et égalité des chances", préparation de "l’après-lycée"," Démocratie, autonomie des établissements et vie lycéenne". Un questionnaire à l’allure d’une enquête de satisfaction aux lycéens viendra compléter l’ensemble.
 
Pour le syndicat enseignant SNES-FSU, « le ministère a choisi les axes d’un bilan de la réforme du lycée qui ne remettent jamais en cause ses principes, bien au contraire.

Autonomie des établissements et promotion du conseil pédagogique, organisation locale du bac, tout est présenté comme une affaire de dosage et c’est cela qui est soumis à la discussion.

L’accompagnement personnalisé, les dispositifs du tutorat, des stages de remédiation ou autre passerelles sont présentés comme autant de dispositifs pivots pour garantir la poursuite d’études. Il s’ajoute désormais la possibilité d’adaptations individuelles des parcours scolaires dans la ligne du récent texte sur le droit au redoublement après l’échec au baccalauréat et la conservation des notes.

Un projet politique pointe donc clairement derrière le nom trompeur de "bilan", celui d’un lycée à la carte, organisé en fonction de besoins supposément locaux et individuels. Pas de réforme en vue donc mais des inflexions... dans la continuité de la réforme Chatel ! »

 
C’est dans ce cadre qu’une très large intersyndicale a publié un premier communiqué adressé au ministère concernant la mise en œuvre de ce bilan de la réforme du lycée :
 
« Vous lancez aujourd'hui des discussions sur le bilan de la réforme du lycée mise en place par le gouvernement précédent.
 
Ces discussions ont été repoussées pendant de longs mois. Pourtant il aurait en effet été bien préférable, et depuis 2012 le temps n'a pas manqué, de commencer par un bilan loyal et objectif de la réforme des lycées, en préalable à une réforme du collège.
 
Nos organisations, et la majorité des personnels avec elles rejettent la réforme du collège 2016.
 
Elle accentue les inégalités par l'autonomie accrue des établissements.
 
Elle ampute les enseignements disciplinaires pour créer des dispositifs interdisciplinaires inopérants.
 
Elle conduit à la disparition de nombreuses sections ou options de langues vivantes ou anciennes.
 
Elle met en place des cycles mal pensés, avec des programmes généralement sans repères annuels.
 
Elle augmente la charge de travail des personnels et crée une multitude de conseils et de hiérarchie intermédiaires pour imposer de « bonnes pratiques ».
 
La réforme du collège s'inspire à l'évidence d'un certain nombre de mesures de la réforme des lycées.
 
Les réunions de formation qui ont commencé dans les académies suscitent un large rejet et leur contenu ne fait que conforter nos collègues dans leur refus de cette réforme.
 
Il n'est pas trop tard pour décider de la suspension de l'application de la réforme du collège à la rentrée 2016.
 
Ce serait une mesure d'apaisement pour sortir d'une situation de blocage qui oppose la ministre à la majorité des personnels.
 
Cela éviterait que les discussions sur le lycée n'aboutissent à aucune remise en cause des logiques des réformes précédentes voire débouchent sur des aménagements les accentuant.
 
L’intersyndicale reste déterminée à poursuivre la lutte contre cette réforme inacceptable, à obtenir son abrogation et demande l’ouverture de discussions sur d’autres bases. »


(Crédits photos : CC BY 2.0 - Patrick Janicek)

extrait

Auteur :

Traducteur :

Editeur :

Genre : manuels lycées audio vidéo ou produits tva 20

Langue : français

Date de parution :

Total pages :