connaissances

Les réseaux sociaux, un lieu d’apprentissage informel

Selon une étude de la Michigan State University, aux Etats-Unis.

Publié le 19/08/2015 à 12:01

Le temps passé sur Internet à chercher à droite, à gauche, de nouvelles informations, est souvent vu comme peu productif. Quant à la fréquentation des réseaux sociaux et des forums, n’en parlons même pas. Pourtant, une étude conduite par Christine Greenhow, de la Michigan State University vient nous dire le contraire, rapporte Carrefour éducation.

 

Publié dans le numéro de juin 2015 de la revue Computers in Human Behavior, ce travail démontre que les médias sociaux jouent un rôle important dans l’acquisition de nouvelles compétences. Ces espaces d’échanges virtuels constituent aujourd’hui les nouveaux lieux de l’apprentissage informel, c’est-à-dire celui qui se fait au fil de l’eau, des expériences, par opposition à l’apprentissage sous forme de cours, en classe le plus souvent.

 

Pour démontrer les avantages des échanges virtuels, Christine Greenhow a travaillé sur les conséquences de la participation volontaire à un forum de discussion sur Facebook. Ceux qui ont participé, et qui avaient entre 16 et 25 ans, ont débattu sur des thématiques liées à l’environnement. Au bout du compte, selon cette chercheuse, ces internautes ont mis à profit les mêmes compétences que celles qu'ils utiliseraient si on était dans un contexte scolaire classique.

 

Il pourrait donc être pertinent de faire participer volontairement les élèves à des échanges par l’intermédiaire de réseaux sociaux ou de forums. Dans ce cadre informel, la parole s’avère plus libre et chacun n’hésite pas à se saisir de la possibilité de communiquer et d’échanger. Ce type d’ouverture mériterait donc d’être utilisé en complément d’un enseignement classique.

 

Chacun des participants se pique de curiosité et c’est à qui ira chercher l’information la plus pertinente qui soit sur la Toile.  Il ne faudrait donc pas se priver de ce nouvel outil permettant de gagner des points dans la motivation des élèves.

 

C’est aussi le point de vue de nombreux experts concernant le principe de la formation continue. Mais avant toute chose, il faut partir du modèle des 70/20/10 établi par Morgan McCall, Robert W. Eichinger et Michael M. Lombardo du Center for Creative Leadership de l’Université de Princeton, rapporte Socialearning.

 

Selon ces chercheurs, on acquiert de nouvelles compétences et connaissances à 70 % grâce à l’expérience, c’est-à-dire en étant en prise directe avec le travail que l’on doit réaliser, ce que cette équipe qualifie de « on the job ». Ensuite, les échanges avec les autres et notre réseau nous amènent 20 %. Enfin, 10 % uniquement viendraient de ce qu’on qualifie de formation formelle, c’est-à-dire dans le cadre d’une classe, en suivant un cours traditionnel.

 

Finalement, quand on regarde cette répartition, la formation informelle est, à 90 %, le chemin qui contribue à nous apporter le maximum de nouvelles connaissances. Cependant, dans le cadre d’un cours, on peut aussi tenter de reconstruire ce découpage, en organisant un temps d’écoute, un autre de lecture et, enfin, beaucoup de temps à la mise en pratique.

 

Quand on se base dans le cadre d’une formation classique, il y a une très forte déperdition, et, rapidement, souvent faute de pratique, on oublie la majeure partie des éléments que l’on vient d’apprendre. Alors, il faut toujours veiller à organiser les apprentissages autour de l’expérience. C’est à partir d’elle qu’il restera quelque chose.

 

Et les entreprises, dans le monde connecté d’aujourd’hui, se doivent de garder la répartition des fameux 70/20/10 à l’esprit quand il s’agit d’essayer de mieux former les salariés. Investir fortement uniquement sur les 10 % ne paraît pas très raisonnable.

 

Il faut donc inventer de nouveaux modèles pour arriver à se baser sur les 90 % restants. Développer les réseaux sociaux professionnels est une de ces possibilités, mais l’organisation du travail, en croisant les métiers et les compétences, est aussi d’une grande pertinence, pour que le savoir circule au sein de l’entreprise.

 

(Crédits photos : CC BY 2.0 - Active Learning Classroom)

extrait

Les apprentissages que l'on qualifie d'informels tiennent aujourd'hui une place prépondérante dans la formation tout au long de la vie. Leur expansion et leur impact dans les champs de la vie professionnelle, de l'économie sociale et de la vie quotidienne ont donné lieu à un important travail de théorisation.

Auteur :

Traducteur :

Editeur :

Genre : pedagogie pour l'education

Langue : français

Date de parution :

Total pages :